L’approche éthique

L’approche « éthique et normative »:

Elle relève de la dimension paradigmatique envisagée et nous donne les principes directeurs sur lesquels s’appuiera la « démarche pédagogique Freinet« .

Ces principes auront une dimension « éthique » en ce sens qu’ils sont cohérents avec la « morale » qui se dégage des valeurs citées précédemment. Ils auront une dimension « normative » en ce sens qu’ils induisent un ensemble de règles qui régissent les conduites des individus mais aussi d’un groupe.

Ainsi, la Pédagogie Freinet s’appuie sur : (liste non exhaustive)

  • La plus grande connaissance possible et dans toutes ses dimensions, de l’enfant. « L’enseignement (…) demande une connaissance approfondie de l’enfant »[1] ;
  • L’enfant placé au centre de l’éducation ;
  • Le choix d’accorder un statut d’enfant à l’élève ;
  • Une attitude de l’enseignant cohérente avec les valeurs et conceptions signalées ;
  • Le respect des Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant ;
  • Le respect des cultures différentes ;
  • Le respect des libertés. « L’école nouvelle sera nécessairement l’école de la liberté, (…) milieu basé sur la liberté sociale et non sur la liberté intégrale chère aux anarchistes. »[2]   ;
  • La recherche d’un équilibre personnel en même temps qu’une harmonie sociale ;
  • La recherche d’une vie naturelle et saine ;
  • L’ancrage de l’école dans la vie sociale. « Il faut, si nous voulons que l’école contribue à la moralité, que nous en fassions une institution réelle et vivante, car la seule manière de se préparer à une tâche sociale est d’être engagé dans la vie sociale. »[3] ;
  • La volonté de mettre en place une école pour tous afin de donner une égalité des chances à tous et le maximum de chances à chacun ;
  • La volonté de mettre l’école au service de l’idéal démocratique ;
  • L’autogestion ;
  • La coopération ;