Les stratégies

Quelles stratégies dominantes en Pédagogie Freinet ?

« Des stratégies d’enseignement » que l’on retrouve dans l’approche de la différenciation pédagogique au travers de la variation des situations d’apprentissage ou d’organisation de groupes. Ces stratégies pourront avoir des relations dialectiques et seront articulées par une gestion rigoureuse mais souple du temps, de l’espace et des activités. Citons des séquences  :

  • d’enseignement mutuel  (à deux ou en équipe) ;
  • d’enseignement par tutorat/monitorat ;
  • d’enseignement frontal par petits groupes, à la rigueur en collectif ;
  • d’autodidaxie ;

Ces stratégies étant basées, autant que faire se peut, sur la motivation de l’enfant, sa motivation spontanée, naturelle, son désir, et non sur la motivation insufflée par l’enseignant.

« Des stratégies  didactiques » qui seront présentées, utilisées en tant que possibles, en tant qu’exemples et non en tant que modèles conditionnants (au sens pavlovien). Citons :

  • l’expérimentation ;
  • la recherche libre ou guidée ;
  • l’exposé ;
  • l’utilisation du brouillon ;
  • les représentations mentales comme point de départ ;
  • le questionnement ;
  • la prise en compte des erreurs ;
  • L’auto-évaluation ;
  • l’autocorrection ;

« Des stratégies  d’apprentissage » Nous dirons ici qu’il est question uniquement de stratégies individuelles, partant du principe qu’il n’y a apprentissage que lorsque le sujet le décide. Citons :

  • L’apprentissage actif, dynamique par l’action, l’expérimentation (opposé à passif) ;
  • L’apprentissage par confrontation (socio-cognitif) ;
  • L’apprentissage par résolution de problèmes (conceptuels, organisationnels, matériels, relationnels) ;
  • L’apprentissage par programmation / contrat ;
  • L’apprentissage par « essais-erreurs », par « tâtonnement expérimental » ;
  • L’apprentissage par assimilation/accommodation et équilibration majorante (Cf. J. PIAGET) ;